EMDR

L’EMDR, abréviation des termes anglais “Eye Movement Desensitization and Reprocessing”, est une thérapie cognitive qui vise à soigner les troubles psychotraumatiques par des mouvements oculaires saccadés et des stimulations tactiles ou auditives.

Elle a été développée à la fin des années 80 par Francine Shapiro. Cette psychologue américaine découvre et confirme en laboratoire de psychologie l’effet thérapeutique de stimulations bilatérales (initialement le mouvement des yeux) pour diminuer la charge émotionnelle liée à des événements traumatiques. Aujourd’hui l’EMDR est recommandée par la Haute Autorité de Santé et par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) en France, par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans le monde entier comme thérapie de choix des troubles de stress post-traumatique.

Elle s’adresse à toutes les personnes souffrant d’un trouble anxieux sévère, consécutif à une situation traumatisante dont les capacités d’adaptation ont été débordées. La personne revivant sans cesse l’événement déclencheur (flash-backs, cauchemars) et cherchant à éviter toute situation le lui rappelant.

Les traumatismes peuvent être divers : violences physiques et psychologiques, abus sexuels, décès, séparations, difficultés professionnelles, anxiété…

En retraitant les souvenirs douloureux ou traumatiques, la personne se réapproprie les aspects de son histoire de vie même les plus pénibles. Les souvenirs travaillés lors des séances EMDR ne sont pas simplement désensibilisés comme dans une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) mais reconsolidés, c’est-à-dire que l’inscription dans la mémoire du souvenir a été véritablement modifiée. L’EMDR ne peut effacer l’épisode douloureux de la mémoire, mais elle apaise la souffrance qui en découle. Cette méthode a pour objectif d’évacuer les pensées négatives liées à un événement choquant.